PS de Savigny sur Orge

5 réunions du conseil municipal ont été nécessaires pour voter l’ensemble du budget 2016

Le par

La saga du budget 2016 de la ville de Savigny commencée le 17 mars s’est terminée le 29 juin.

 

Les différentes étapes ont été :

  • 17-03 Conseil municipal : Débat d’orientation budgétaire
  • 25-03 Réunion publique organisé par le Maire
  • 8-04 Conseil municipal : Budget primitif
  • 2 -05 Réunion publique organisée par Savigny, notre ville
  • 26-05 Conseil municipal : Subventions aux associations
  • 23-06 Conseil municipal : Compte administratif 2015, hors régie municipale des transports
  • 29-06 Conseil municipal : Compte administratif  2015 de la régie des transports

Il a donc fallu 5 réunions du conseil municipal pour arriver au terme de ce marathon. On aurait pu les limiter à 2 mais les petites manœuvres politiciennes n’auraient pas fonctionné

Lors du débat d’orientation budgétaire, la situation est présentée comme catastrophique, la Ville serait au bord de la mise sous tutelle.

En 2015, pour faire passer la disparition de la crèche, de Sport-Vacance, l’arrêt des subventions de la MJC et la fin de la Savinière, elle avait annoncé une économie de 3,6 millions. Elle doit reconnaître qu’elle n’a économisé qu’un seul million.

Après ces suppressions de services aux habitants en 2015, il n’y aurait pas d’autres issues que d’augmenter les impôts. Après avoir vilipendé la gestion des villes gérées par la gauche pendant des années, laissant à penser aux Saviniens qu’ils auraient fait le bon choix, la majorité municipale prend de nouvelles références en matière de bonne gestion : Athis-Mons, Viry-Chatillon et Choisy-le Roy. Ceci ne manque pas de sel, en outre, il faut reconnaître que ces villes disposent à la fois d’équipements et de services, on y trouve piscines, salles de spectacle notamment qui manquent aujourd’hui cruellement à Savigny. Ces références ne sont prises que pour justifier les futurs niveaux d’imposition.

Malgré une programmation par le Maire la veille du week-end pascal, une réunion publique réunit pourtant près de 100 Saviniens. Le conseil de la Ville en matière budgétaire est appelé en renfort et atteste de la nécessité de relever les impôts. Lors de cette réunion, le Maire est étonnamment peu loquace, laissant son adjoint, S. Béneteau, faire le boulot. Un seul message : Il n’y a pas d’alternative, il manque 1 million. Les responsables sont nommés : Le Gouvernement qui baisse les subventions, la précédente majorité qui a fait entré trop tard la ville dans l’agglomération. Précédente majorité dont il a fait la campagne et accepté le programme.

Lors du conseil municipal du 8 avril, à l’occasion du budget primitif, les décisions suivantes sont annoncées :

  • Hausse de la taxe foncière dès 2016
  • Hausse de la taxe d’habitation à partir de 2017
  • Poursuite de la baisse des subventions pour des associations

 

Face à cet ensemble de contre-vérités, la liste Savigny, notre ville contre point par point les arguments de la majorité municipale :

Elle a forcé le trait des baisses de subvention de l’Etat en se gardant de préciser que le refus de mettre en place un plan d’éducation de territoire pour lequel l’opposition avait attiré son attention. Elle n’a pas plus évoqué l’amende liée aux manques de logements sociaux. Ces 2 éléments représentent pourtant plus de 500 000 euros. Son laxisme nous coute cher !

Le conseil municipal du 26 mai entérine les dispositions annoncées en votant le détail des subventions aux associations dont la majorité est en baisse.

Coup de théâtre lors du conseil du 23 Juin, la majorité municipale annonce que le résultat de 2015 est excédentaire de 3,5 millions d’euros. Il doit être intégré au budget 2016. Le maire essaie même de faire croire qu’il n’en savait rien au moment du budget jusqu’à ce que Jacques Senicourt lui rappelle que le compte de gestion du Trésorier de la Ville est daté de mars 2016.

Ainsi donc, la conviction des élus de la Liste Savigny, notre ville que le résultat de 2015 était excédentaire se vérifie et que la majorité municipale l’a masqué pour faire passer ces mesures d’austérité incluant hausse d’impôts inutile et baisse des services aux Saviniens injustifiée, soit du fait de suppression de dispositifs municipaux, soit par le biais de l’étranglement des associations sportives, culturelles ou caritatives.

Lors de cette même réunion du compte administratif, le maire indique que le compte administratif de la régie des transports ne sera pas voté car, on l’apprendra plus tard, le report de l’année 2014 est lui aussi excédentaire et il avait été oublié de l’inclure. Quand la poisse vous tient, rien ne marche ! Il alloue toutefois à la régie de transports 80 000 euros sur la base de son déficit de fonctionnement 2015.

 

Le 29 juin, le compte administratif 2015 de la régie de transports peut être voté, l’excédent de 2014 est intégré, un budget supplémentaire de 80 000 euros est voté en prévision du remplacement d’un troisième bus, deux ont été acquis sur l’exercice 2015. Toutefois, la programmation de bus supplémentaires au moment où on s’interroge sur le devenir de la régie des transports, semble pour le moins incongru. L’inscription de l’acquisition d’un nouveau bus au budget supplémentaire 2016 prise entre le 23/06 et le 27/06 est suspecte : elle semble faite pour justifier a posteriori l’erreur de l’affectation de 80 000 € votée au budget supplémentaire Ville malgré la demande de report du vote de ce dernier par les élus de Savigny, notre ville, du fait de l’erreur comptable au compte administratif 2015 de la régie.

 Pour résumer, au moment du débat d’orientation budgétaire il manque 1 million pour boucler le budget.

Au moment du budget primitif, le maire déclare que ce n’est pas 1 mais 1,8 million d’euros qui sont nécessaires. C’est une hausse des impôts locaux de 3 millions qui est votée par sa majorité, ce qui fait beaucoup pour celui qui s’est engagé à ne pas les augmenter ! C’est à se demander où est passé le « bon sens » qui était pourtant son slogan de campagne !

Toutefois, il baisse les subventions des associations qui les avaient déjà vu baisser en 2015. Ces baisses qui ne représentent que quelques milliers d’euros ne représentent que l’épaisseur du trait dans le budget de la Ville mais sont nécessaires pour le maintien de leurs activités pourtant essentielles pour notre commune. Pierre Guyard a indiqué avec force pour la liste Savigny, notre ville que « Nous vous exhortons à nouveau à retrouver le sens des valeurs et de l’intérêt de la dépense publique. »

Lors de la présentation du Compte administratif, il est obligé de reconnaître que le résultat 2015 est  excédentaire de 3,5 millions.

NON, la suppression des services n’était pas nécessaire, NON, l’augmentation des impôts n’est toujours pas nécessaire.

3,5 millions, cette somme est à mettre en face des 105 000 euros que coutaient Sport Vacances, des 150 000 euros de la MJC. Quant à la crèche  et les 628 000 euros du cout résiduel pour la Ville, il faut savoir que la CAF subventionnait à hauteur de 600 000 euros. La violence de sa fermeture n’a pas permis aux familles de s’organiser et de pouvoir prétendre à cette subvention. Il s’agit bien là d’une double faute de la majorité qui montre une fois de plus que si la jeunesse n’est pas sa priorité, le sort de ses habitants ne la concerne pas

Les Saviniens vont payer des impôts en plus, ils n’auront pas les services correspondants.

Pour une base locative moyenne, un propriétaire paiera en moyenne une hausse de 94,30 euros dès 2016 au titre de la taxe foncière ; un locataire ou un propriétaire verra dès 2017 une hausse de sa taxe foncière de 97 euros.

Dans le même temps, ils devront également subir la hausse des impôts locaux prévue par le Conseil Départemental, dirigé lui aussi par la Droite.

Les dommages collatéraux de ce triste épisode.

Dans la liste municipale conduite par Eric Mehlhorn, certains conseillers, notamment des adjoints ont préféré démissionné ou se sont vus retiré leurs délégations parce qu’il n’acceptaient pas de s’asseoir sur leurs engagements.

Ils sont 3 aujourd’hui, nul doute que d’autres viendront les rejoindre.

Cette période a également été marquée par d’autres dossiers.

Les inondations et leurs conséquences

L’inondation du bas de Savigny avec ses conséquences importantes pour les habitants dont les immeubles notamment ont été privés d’électricité et qui ont du quitter leur logement. Les enfants de l’école de Kennedy ont du être dispersés dans d’autres écoles et certains dans des conditions impossibles dans le centre de loisirs Charles Perrault, qui lui aussi avait été inondé et qui gardait encore des murs et sols humides. Des enfants ont été incommodés, ceux qui sont à la cantine n’ont eut droit qu’à des repas froids et les enseignants étaient très éprouvés du fait de leur installation précaire. La régie de transports n’a pu assurer le transport que des enfants scolarisés à Morsang-sur-Orge, les parents des autres enfants devant se débrouiller. Comme on peut s’en douter, la mairie n’a rien organisé pour mettre en place des opérations genre Pédibus. Si la mairie se félicite d’un taux de scolarisation pour l’école maternelle de 90%, la directrice assure qu’ils ne sont que 75%. C’est tout de même une  vraie différence ! Là encore pipeau !

Le contrat pour le haut débit conclu avec Numéricâble.

La fusion SFR/Numéricâble a considérablement retardé le dossier du haut débit que l’ARCEP avait confié à SFR pour Numéricâble.

SFR/Numéricâble va installer sur Savigny une solution dont on ne sait pas quelle technologie elle utilisera. Soit la technologie Fibre jusqu’à la box de l’usager soit une technologie mixte fibre et câble. Derrière cet aspect technologique se cache une conséquence fâcheuse pour l’usager, la technologie mixte est moins performante que la première. Elle n’est en outre ni distribuée par Orange ni par Free. L’usager n’a donc que la possibilité de contracter avec SFR/Numéricâble ou auprès de Bouygues Télécom qui a développé une offre en partenariat avec Numéricâble.

En outre, Numéricâble a réussit à se faire allouer une soulte pour la fin du contrat de télévision par câble qui la liait à Savigny mais pour lequel elle ne versait pas de redevance !

En outre, la ville a accepté en paiement de cette soulte la remise des installations de câblage sans que France-Domaine ne donne un avis et sans que le montant de l’évaluation ne soit argumenté. Il correspond en grande partie à la valeur de l’immobilisation après amortissement. En échange de cela, rien. Le contrat présenté ne comporte aucune clause, pas même une clause de réalisation contraignante, le maire ayant annoncé seulement qu’  « il souhaitait aller vite ». SFR/Numéricable a les mains libres, il fera bien comme il voudra et les Saviniens auront a disposition la technologie qu’il aura choisi.

Les services offerts dans une commune, c’est la première chose que les ménages candidats à leur installation regarde et ce, d’autant plus qu’ils ont de jeunes enfants. Si une telle politique perdure, c’est l’attractivité même de notre ville qui en pâtira.

 

Sur le même thème, lire aussi :

Chère Savinienne, cher Savinien, Alors que les avis d’impôts locaux foncier et d'habitations sont arrivés ou arriveront dans nos boites à lettres, vous avez sans doute pu constater pour ceux qui
Le par
Lors de ce conseil, la majorité municipale a dû réaffirmer que l'excédent 2015 est de près de 4 millions d'Euros alors qu'elle a déclaré la ville en faillite quand elle
Le par

Les derniers contenus multimédias